the gapiannist.png
The Gapiannist – Where sex conversation takes place

Paola de Vulvae nous encourage à prendre soin de notre santé vulvaire

Démangeaisons, irritations, brûlures, sècheresse, etc. : ces inconforts s’invitent dans vos sous vêtements ? Vous n'êtes pas seul.e ! Aujourd’hui, on estime que 15% des femmes souffrent de douleurs vulvaires chroniques. Ces sensations désagréables peuvent parfois paraitre bénignes. Pourtant, elles ont un impact fort sur la vie quotidienne et la vie intime. On vous dit l’essentiel à savoir sur les douleurs de vulve, en partenariat avec Vulvae.

Bien que répandues, les douleurs et pathologies de la vulve sont malheureusement très méconnues. Les recherches médicales sont peu nombreuses et les patientes se heurtent souvent à une errance médicale décourageante (7 ans en moyenne avant d’obtenir un diagnostic !). Des douleurs à la vulve qui se prolongent, et qui se soignent souvent difficilement, car peu de médecins savent réellement prescrire les bons traitements et faire un suivi efficace. Spoiler : si un·e médecin vous dit “c’est dans la tête”, c’est faux !


Mais, pour commencer : qu’est-ce que la vulve ?

C’est la partie externe de l’appareil génital dit “féminin”. Elle est constituée, entre autres, du mont de vénus, des grandes et petites lèvres, du méat urinaire, du clitoris et de l’entrée du vagin. Parfois, cette zone est douloureuse, démange, brûle, picote, se contracte violemment ou lance très vivement. Quelles que soient les sensations désagréables ressentis, ce n’est jamais normal et il existe des explications — et des solutions.



Quelles types de pathologies vulvaires peuvent occasionner mes douleurs ?


Derrière les douleurs vulvaires se cachent différentes pathologies :


• Vulvodynie : ce nom désigne un syndrome douloureux de la vulve, qui dure depuis plus de 3 mois (en continu ou par intermittence), sans aucune lésion au niveau de la vulve. Cette pathologie est dû à un dysfonctionnement du système de la douleur. Sa variante, qui touche précisément juste l’entrée du vagin, est appelée vestibulodynie — et c’est la forme de vulvodynie la plus fréquente (avec une prévalence de 8-10%).

• Vaginisme : cela désigne une contraction involontaire et inconsciente du périnée / des muscles qui entourent le vagin, ce qui rend difficile, voire impossible la pénétration (par un doigt, un tampon, un pénis ou un sextoy). Les douleurs viennent généralement de la tentative de pénétration, et non de la contraction en elle-même. Elles sont donc fréquentes au moment d’un rapport sexuel.


• Bartholinite : il s’agit d’une inflammation des glandes de Bartholin, qui permettent la lubrification de la vulve. Souvent, une petite boule se forme au niveau des lèvres internes, très douloureuse et rouge. Il est important aussi de savoir que la bartholinite récidive souvent (15-20% des cas).


• Lichen scléreux vulvaire : cette pathologie dermatologique se caractérise par l’apparition de plaques blanches nacrées, par le changement des tissus de la vulve, et souvent, par de très fortes démangeaisons, qui viennent par poussée. Il peut être asymptomatique également, alors il est important de s’observer régulièrement pour repérer d’éventuels changements.


• Névralgie pudendale : une pathologie nerveuse, qui cause des douleurs à cause de la compression du nerf pudendal, un nerf qui passe dans toute la zone du périnée (fesses, anus, vulve, clitoris, etc.). Les douleurs peuvent donc s’étendre au-delà de la vulve.


• Sècheresse vaginale : touchant 1 femme et personne à vulve sur 6 avant la ménopause, et 1 sur 2 à partir de la ménopause, la sècheresse est souvent liée à un changement et/ou une perturbation hormonale.


• Syndrome urétral douloureux : il s’agit d’un syndrome douloureux au niveau de l’urètre, qui s’exprime lorsque l’on fait pipi, mais pas uniquement. Il est souvent accompagné d’une envie d’uriner fréquente, et parfois urgente.



Il y a aussi des causes plus simples et un peu plus connues : allergie au latex (3% de la population), mycoses et cystites (75% des femmes et personnes à vulve en auront au moins une dans leur vie), herpès, vaginites et vaginoses (particulièrement fréquentes pendant la grossesse), etc.


Face à ces pathologies, Vulvae permet de reprendre le contrôle sur la santé de sa vulve et d’agir directement sur vos douleurs, pour mieux les comprendre et retrouver plus de confort. Avec l’application, Vulvae permet de faire un suivi des symptômes et des facteurs qui influencent la douleur. Car, plus on connait son corps, mieux on peut se sentir, en agissant au plus près de ses besoins !


Et, avec son programme d’accompagnement thérapeutique de 3 mois, Gère ta douleur, Vulvae permet aux patientes d’apprendre la routine de soins et d’habitudes à connaître pour mieux gérer ses douleurs et renouer avec son plaisir. Grâce à des exercices de physiques, de la relaxation et des contenus d’informations, Vulvae propose aux personnes de reprendre la main sur leur parcours de soin.


Et, si vous voulez en savoir plus, le petit guide illustré des pathologies vulvaires est disponible en téléchargement gratuit sur le site de Vulvae, pour vous guider vers les soins qui seront le mieux adaptés. Le pouvoir passe par le savoir, Vulvae se mobilise donc pour vous donner les informations et les conseils nécessaires à votre prise en charge.


Paola, fondatrice de Vulvae

24-02-2022