the gapiannist.png
The Gapiannist – Where sex conversation takes place

Tout savoir sur la masturbation

Dans ce troisième chapitre, c’est le - vaste - sujet de la masturbation qui est abordé, toujours avec des femmes de tous âges et de tous horizons. À travers ces témoignages, nous commencerons par définir ce qu’est la masturbation et les différentes pratiques qu’elle recouvre, la culpabilité qui y est encore attachée, mais aussi ses incroyables bienfaits sur nos vies et notre émancipation.




"Se toucher, c’est pas que s'auto-pénétrer"

Alors c'est quoi la masturbation ?


En tout premier lieu, rappelons ce qu’est la masturbation; la masturbation définit une pratique visant à se procurer du plaisir.

La masturbation féminine, loin de se limiter à la pénétration, consiste donc à se procurer du plaisir, seul(e) ou à deux, grâce aux parties génitales et zones érogènes de notre corps et notamment le clitoris, mais pas que.

Comme le rappelle Laurène Dorléac dans le 2ème épisode de Pluriel.le.s, le clitoris a plus de 8000 terminaisons nerveuses, ce qui en fait une bombe sensorielle quand on la stimule, mais les seins, l’aine, sont également des zones érogènes qui nous permettent de nous donner du plaisir.

Les caresses manuelles, le humping (qui consiste à utiliser par exemple un coussin ou un accoudoir), la pression de l’eau sous la douche, sont autant de manières de faire monter le plaisir, en stimulant notamment la zone clitoridienne.

La stimulation clitoridienne peut bien évidemment (et même souvent) être complétée par la pénétration vaginale, à l’aide de nos doigts ou avec un sextoy. On aborde tout ça en détail dans cet article (en collaboration avec la marque de lingerie Ysé), mais voici le B.A-BA du fonctionnement des sextoys :

  • Stimulateurs externes, donc de la vulve et du clitoris : les fameux “aspirateurs à clitoris”. Le qualificatif ne fait pas rêver mais ça décrit bien la techno à air pulsé qui vous fait monter au 7ème ciel en un temps records. Pas pour rien que Society a élu le Womanizer “meilleur coup de l’année” !

  • Stimulateurs internes : le traditionnel godemiché, avec ou sans vibromassage.

  • Les DOUBLE stimulateurs, de la partie externe de la vulve et du clitoris en même temps que la stimulation interne, par pénétration dans le vagin → Spoiler, c’est une dinguerie. Remember ? Le “rabbit” de Samantha Jones dans Sex and The City ? Hé bien les nouveaux nés du même esprit, tels le "COCO" en sont tout proches.


 

"En fait on peut faire des trucs pour nous, y a pas de honte à ça"
"J’ai eu de la chance ma mère m'a jamais dit que c'était pas normal, que je devais pas faire ça"

Masturbation féminine et culpabilité…


Eh oui, le plaisir féminin et a fortiori la masturbation féminine reste un sujet tabou et porteur de culpabilité ou de honte pour beaucoup de femmes.


- Tout d’abord, comme nous l’avions évoqué dans notre premier article dédié au sujet, rappelons nous qu’au Moyen Âge, la masturbation au sens large était considérée comme une pratique déviante et qu’au delà de cette période, toutes les religions (sauf le bouddhisme) ont condamné ou culpabilisé la masturbation, qui ne permet pas la reproduction. Les choses ont changé depuis - Dieu merci, c’est le cas de le dire - mais c’est intéressant de se rappeler d'où l'on part pour comprendre ce qui se joue aujourd’hui dans nos petites têtes et pourquoi encore trop de femmes ressentent de la culpabilité à se masturber.

- Ajoutons à cela que la masturbation est généralement mieux “acceptée” chez les petits garçons, que chez les petites filles, ce qui à l’âge adulte peut nous entraver dans la découverte de notre corps, de notre désir, de notre plaisir intime. Le rôle des parents est donc crucial dans l'épanouissement futur des jeunes enfants (encore une bonne raison de culpabiliser ces pauvres parents !!). Une petite fille réprimée lorsqu’elle se masturbe aura tendance à intégrer que la recherche de son plaisir est coupable…

- C’est normal Docteur ? Au-delà de la masturbation en tant que telle, c’est souvent la question de la fréquence qui peut culpabiliser. Est-ce normal de se masturber plusieurs fois par semaine ? Jour ? Dans ce domaine, la seule limite est celle de la compulsion. Ça veut dire que tant que vous vous faites du bien et que la masturbation ne vous détourne pas de ce qui est important pour vous, TOUT VA BIEN !! On est pas déviante parce qu’un dimanche de novembre sous sa couette on a fait turbiner son Womanizer.


On récapitule; en tout premier lieu, on part de loin en termes de masturbation : entre condamnation moyenâgeuse et culpabilisation religieuse, le chemin vers le plaisir intime n’était pas forcément tout tracé, c’est le moins que l’on puisse dire. Qui plus est, le plaisir féminin, plus que le plaisir masculin, est porteur de culpabilité. Car dans ce domaine aussi, nous ne sommes pas encore totalement égaux même si les choses progressent, pour notre plus grand…. plaisir ;).


 

"Cela m'a permis de comprendre ce que j'aimais assez rapidement"

La masturbation pour une meilleure connaissance de soi


La masturbation est une fabuleuse pratique pour mille raisons, la première étant qu’elle nous permet de développer :

1. Une meilleure connaissance de nous mêmes : d’abord d’un point de vue anatomique - mieux connaître toutes les parties de notre corps et notamment les parties génitales - mais aussi d’un point de vue psychique - ce qui nous excite, nous procure du plaisir, nous fait du BIEN. Une étude menée par Eve Appeal en 2016 a révélé que 44% des femmes ne savaient pas identifier leur vagin sur un dessin anatomique et 60% ne savaient pas identifier leur vulve… Or, “En matière de sexualité, comme dans bien d’autres choses, le savoir, c’est le pouvoir”. Alors commençons par définir une vulve : ce sont les organes génitaux externes à savoir les lèvres internes et externes, le clitoris, son capuchon, le méat urétral, l’orifice vaginal et l’anus. Point actu vulve : Les dernières années ont vu se développer le Vulva Mapping qui, comme son nom l’indique (cartographie de la vulve) désigne le fait d’étudier sa vulve, d’apprendre à la connaître et plus récemment de la représenter. Plusieurs techniques pour cela ; on s’arme d’un miroir et de nos doigts et on explore si on se sent à l’aise pour le faire, sinon on profite des vidéos éducatives (comme La première vidéo de la série Climax “la vulve et ses infinies diversités »), et des nombreux schémas explicatifs comme celui contenu dans notre “Guide du bien être intime”, développé avec Mia.co. Pour les plus téméraires, sachez qu’il existe des ateliers d’auto-exploration collectifs qui permettent de savoir comment son cycle et son corps fonctionnent, quels organes servent à quoi et où ils sont placés puis d’explorer (de manière isolée) sa propre anatomie.

2. De meilleures relations sexuelles avec notre partenaire :

  • On se met moins la pression pour jouir avec son partenaire : en se donnant du plaisir, on place moins d’attente dans son partenaire pour ressentir du plaisir et de la jouissance. Ce qui libère grandement les rapports et permet de développer une intimité souvent plus riche.

  • On développe notre intimité avec notre partenaire grâce à la masturbation mutuelle. Cette pratique est une pratique sexuelle à part entière (comprenez qu’elle ne sert pas de préliminaire) et s’avère être un véritable atout pour les relations longue distance ​ainsi qu’un excellent moyen de montrer à son partenaire ce qui nous procure du plaisir et in fine, de renforcer son couple, en se masturbant l’un devant l’autre.

3. Un mieux-être global : la masturbation, par le plaisir qu’elle procure, est absolument essentielle à une vie saine et équilibrée car elle permet notamment de réguler nos émotions, de nous détendre, de mieux dormir.


 

"Faudrait le prescrire"

La masturbation comme rituel de bien être…et acte militant


Au même titre qu’une séance de sport, de lecture, de massage…. Pourquoi ne pas envisager la découverte et l’approfondissement de notre plaisir comme partie intégrante de notre développement personnel ?

Sous cet angle, exit la culpabilité (primo). Deuzio on prend en charge notre bien être sexuel et global… On se rend service à nous même, et à fortiori à ceux qu’on aime et qui nous aiment. Et c’est là qu’on touche à un gros sujet : notre responsabilité à prendre en charge notre plaisir, notre épanouissement sexuel et intime…au même titre que les hommes.


Point actu militantisme :

- En dédiant un livre à la masturbation féminine Le Petit Guide de la Masturbation Féminine Julia Pietri nous offre un petit bijou d’éducation et de déculpabilisation du plaisir féminin mais aussi, et surtout, un vrai manifeste pour l’égalité des hommes et des femmes en matière de plaisir sexuel.

- Si vous n’en avez pas encore entendu parler : Kama, une app entièrement dédiée au plaisir sexuel et sa pratique, replace pour sa part le Plaisir avec un grand P, sous toutes ses formes, au cœur de notre santé et de nos droits les plus fondamentaux (et ça fait du BIEN de l’entendre). Vous y trouverez des vidéos à la fois extrêmement pointues et ludiques, des méditations guidées, des challenges. Tout pour se construire une vraie routine de développement de notre connaissance de nous mêmes et de notre