the gapiannist.png
The Gapiannist – Where sex conversation takes place

Qu'est-ce que le vaginisme ?


Jess, Clem et les girls du Collectif Junon font frémir Paris avec leur programmation d’évènements féministes et éclectiques, leur blog éponyme depuis 2015 déconstruit les schémas préconçus sur la sexualité de notre époque. Si vous ouvrez l’œil, vous avez d’ailleurs peut être aperçu Clem sur sa Pussyclette bleue livrer leur brillant magazine Hystérique aux quatre coins de Paname. Gapianne s’associe à Junon pour vous présenter une sélection de sujets passés au scalpel par le collectif, et bien sûr le dernier numéro d’Hysterique est disponible à la vente ici, bonne lecture !






Le vaginisme, mot vaguement connu ? Déjà entendu une ou deux fois par-ci par-là ? Il touche, pourtant, aujourd’hui, plus de 15% des Françaises !


Mais alors qu’est-ce que c’est ?


Le vaginisme, c’est tout simplement un blocage psychologique qui empêche ton corps de laisser entrer quoi que ce soit dans ton vagin. Mais comment est-ce possible, me diras-tu ? Voici quelques explications pour comprendre ce mot trop peu connu et encore tabou pour la plupart des personnes concernées.


Tout d’abord, le vaginisme n’est pas une maladie, rien de très grave ni de fatal. C’est seulement le résultat d’un blocage psychologique, d’un réflexe inconscient souvent dû à une expérience sexuelle mal vécue par ton corps ou ton cerveau.


Le corps va donc créer un blocage physique pour que la douleur vécue ne se reproduise pas. Comment se manifeste ce réflexe ? Lors d’insertion de corps étranger dans ton vagin comme un doigt, un pénis ou un objet en tout genre (tout dépend de ce que tu préfères…), le muscle du plancher pelvien, qui est situé autour du vagin, va se resserrer et entraîner soit un léger inconfort, un brûlement, une douleur aigüe ou même parfois une sensation de déchirement.


La douleur est donc réelle bien que le cerveau en soit le déclencheur. Il existe différentes sortes de vaginisme qui vont, la plupart du temps, définir la douleur vécue et sa fréquence lors des rapports sexuels. Il existe donc le vaginisme «global», qui t’empêche d’avoir des relations sexuelles pénétrantes en toutes circonstances ou alors celui «situationnel» qui surviendra avec une personne ou un objet précis.


Le vaginisme peut être aussi «primaire» et se manifester dès le premier rapport sexuel, ou alors «secondaire» et survenir après un traumatisme comme un abus, une phobie de la grossesse, une cause neurologique, un trouble de l’identité sexuelle, une insuffisance de lubrification ou encore une infection vaginale suite à un traitement par radiothérapie du col de l’utérus.



Tout cela te fait peur ? Respire !



Bien que 15% des Françaises soient atteintes de vaginisme, ce n’est pas une fatalité et ce mal se traite bien, surtout s’il est détecté au plus tôt. Et en attendant, une sexualité est toujours envisageable autrement, ainsi qu’une grossesse, si tu le souhaites.