the gapiannist.png
The Gapiannist – Where sex conversation takes place

Faire l’amour sans pénétration : déconstruire les mythes dans la sexualité



Avec la réalisatrice Marie Vinay et sa soeur anthropologue Adélaïde Vinay, nous sommes allées à la rencontre de femmes qui se racontent à travers leur intimité et sexualité. Ces témoignages de femmes sont regroupés dans la série vidéo Pluriel.le.s en cinq chapitres qui questionnent notre rapport au corps et à la sexualité.


Dans le premier chapitre c’est aux mythes dans la sexualité que l’on s’attaque. Comment influencent-ils notre intimité et sexualité au quotidien ? Quels préjugés ont pu nous orienter au début de notre sexualité ? Comment s’en affranchir et déconstruire ces injonctions que nous vivons encore au quotidien ? Nous partons des temps forts de cette vidéo pour apporter quelques pistes de réflexion.


“Pour moi la sexualité, je veux pas nécessairement l'assimiler à l'acte sexuel.”


Où commence la sexualité ?


Cela pourrait presque être un sujet de dissertation tellement la question est vaste. Pas de panique ce n’est pas le but ici ! Il faut bien commencer quelque part… et la meilleure façon d’apprendre à se connaître c’est de communiquer, cela peut être par une conversation agréable, une danse enflammée (ou pas !), toutes ces petites choses qui vont contribuer à faire monter le désir avant de se découvrir autrement.

Dans son livre “Une cartoraphie du plaisir”, Jüne Pla parle de 7 piliers d’une sexualité épanouie :

  • Le consentement – indispensable dans n’importe quelle situation.

  • La communication – la base pour pouvoir exprimer ses désirs, ses envies mais aussi ce que nous aimons moins ou pas du tout.

  • La créativité – il n’y a pas de limite à votre imagination : que ce soit dans l’exploration de vos fantasmes, l’érotisme ou la stimulation.

  • Les caresses – ces petits gestes qui rendent notre épiderme électrique… c’est là où peut commencer le désir.

  • Le don de soi – comme le dit très justement Jüne : “quel bonheur de donner du plaisir et de voir que l’on s’y prend bien !”

  • Le respect mutuel – traiter l’autre comme l’on veut être traité, avec respect. Respecter le corps de l’autre et ses sentiments est primordial.

  • L’écoute et l’observation – être attentif.ve à l’autre, ses envies et ses besoins. Savoir être à l’écoute des mouvements de son corps pour se donner mutuellement du plaisir.

“Pour avoir un rapport, généralement, j'ai quand même besoin de stimulation intellectuelle, j'ai vraiment besoin d'une connexion”


Qu’est ce que la sapiosexualité ?


Nous sommes toutes et tous différents dans ce qui peut nous séduire chez l’autre, il existe une multitude de choses qui peuvent nous charmer, celles-ci nous sont propres et peuvent changer au grès des rencontres et tout au long de notre vie. En bref il n’y a pas de normes, mais pour celles et ceux qui sont attiré.e.s sentimentalement et sexuellement par l’esprit de l’autre, sachez que cela porte un nom : la sapiosexualité.



“[…] je pensais que j'étais un peu frigide. […] mais en fait c’était le duo qui fonctionnait pas et ça m’a rassurée ! ”



Comment explique-t-on la compatibilité sexuelle ?


On peut mettre beaucoup de choses derrière la compatibilité sexuelle, être sur la même longueur d’ondes implique se laisser aller et partager ses désirs avec son.sa partenaire, hé oui vous avez deviné… nous en revenons à la communication ! Nous pouvons avoir des envies différentesenvie de faire l’amour à différents moments également et ne pas être attiré.e.s par les mêmes choses, cela est normal et le mieux c’est d’en parler et de se montrer l’un.e l’autre ce qui nous fait plaisir. Et n’oubliez pas, dans la vie il y a des hauts et des bas qui influencent le rapport à notre au corps, à l’esprit, et ça aussi, ça peut avoir un impact sur votre libido.


Comment faire l’amour sans pénétration ?


On a souvent considéré que faire l’amour était lié à la pénétration d’un.e partenaire, et que tout ce qu’il y avait autour était relégué aux “préliminaires” or il y a plein de façons différentes de faire l’amour sans pénétration. Se faire des caresses, se masser, se donner du plaisir c’est déjà un échange. “Le sexe n’est pas tabou et ce n’est pas sale” dixit Jüne Plã, la créatrice du compte @jouissanceclub au micro de Caroline Pomes dans l’épisode de notre podcast Pluriel.le.s. Vous pouvez également lire son excellent livre Une cartographie du plaisir qui regroupe plein de dessins explicatifs sur comment donner du plaisir à une vulve et un pénis. Sortir du schéma préléminaires / pénétration / jouissance peut demander du temps et de la pratique, aucune pression à avoir et chacun.e à son rythme, s’assurer que vous vous sentez à l’aise avec votre partenaire lors de vos rapports crée un climat de confiance et peut favoriser aussi le lâcher prise.


“Moi j'ai vraiment grandi en me disant il faut faire l'amour souvent, c'est hyper important.”


À quelle fréquence faire l’amour ?


Il n’y a pas de bonne fréquence ou de rythme à tenir pour faire l’amour ! Cela est propre à chacun.e, vos envies et vos désirs. Alors on oublie les trois jours par semaine, la bonne fréquence c’est celle qui vous correspond. Elle peut changer d’un moment à l’autre et ce n’est pas du tout une “mesure” du niveau d’affection que vous portez à votre partenaire. Cependant après quelques mois / années, une certaine routine peut s’installer et on peut avoir moins envie de faire l’amour, c’est normal. La libido ça peut se cultiver et se travailler seul.e et / ou à deux. On vous conseille de prendre le temps pour noter les choses que vous aimeriez bien essayer chacun.e de votre côté et pourquoi pas les comparer avec votre partenaire. Vous pouvez noter les endroits où vous aimeriez faire l’amour, les pratiques que vous aimeriez tester, les accessoires etc. Ces moments d’intimité sont précieux et permettent surtout de se retrouver à deux pour échanger de la tendresse, cela peut être “juste des câlins” et c’est déjà très bien. Découvrez notre huile de massage aphrodisiaque de Goliate.