the gapiannist.png
The Gapiannist – Where sex conversation takes place

Comment savoir si on a le syndrome du choc toxique ?




Son nom fait peur, le “syndrome du choc toxique”, on en entend parler depuis nos premières règles mais qu’est ce que c’est exactement ? Comment le détecter et le reconnaître ? Parce qu’il vaut mieux prévenir que guérir, suivez notre guide, on vous explique tout avec Dorothée de chez Jho (le spécialiste des protections menstruelles sans additifs et bio).


Qu’est ce que le syndrome du choc toxique ?

C’est une maladie infectieuse rare mais grave provoquée par la prolifération du staphylocoque doré. Le staphylocoque est présent naturellement dans notre organisme et dans la muqueuse vaginale et ce n’est pas forcément mauvais. Cependant on peut être porteuse d’une souche particulière de cette bactérie : staphylococcus aureus qui peut devenir dangereuse si elle se développe (entre 1 et 4% des femmes seraient porteuses de cette bactérie).


Quelles sont les causes du syndrome du choc toxique ?

  • Il se manifeste chez les personnes menstruées pendant les règles

  • La souche staphylococcus aureus présente dans la flore vaginale de la personne menstruée doit être productrice d'une toxine appelée TSST-1

  • Le choc intervient si la personne concernée garde une protection hygiénique interne (tampon, cup, éponge) trop longtemps. C’est la stagnation du sang dans le vagin qui peut provoquer un milieu de culture favorable au staphylocoque

Les protections externes (serviettes et culottes menstruelles) peuvent aussi présenter des risques (plus rares).


Quels sont les symptômes du syndrome du choc toxique ?

Ce sont les mêmes symptômes qu’une gastro-entérite ou que la grippe au début de l’infection avec :

  • De la fièvre

  • Une baisse de la pression artérielle

  • Des maux de tête qui peuvent engendrer des vomissements, des douleurs musculaires, de la diarrhée.

On peut aussi faire un malaise ou perdre connaissance. Il est très important de retirer tout de suite la protection hygiénique et de se rendre aux urgences à l’hôpital dès que l’on constate l’apparition de ces symptômes.

Lorsque la toxine passe dans la circulation sanguine, elle va aller s’attaquer aux organes vitaux, qui cesseront petit à petit d’irriguer les membres. Dans les cas les plus graves cela peut provoquer des nécroses et la mort de la personne touchée, mais ces cas sont extrêmement rare.


Comment se soigner du syndrome du choc toxique ?

Comme nous vous l’avons dit, dès l’apparition des symptômes et après avoir retiré la protection menstruelle, il faut tout de suite aller aux urgences. Une fois à l’hôpital, on administrera à la patiente un traitement en intraveineuse puis une prise d’antibiotiques. Le plus souvent c’est en services de réanimation que la patiente sera admise. Si il y a gangrène, ce qui est extrêmement rare, la/le patiente peut subir une intervention chirurgicale d’amputation.


Comment éviter le syndrome du choc toxique ?

Il est très important d’avoir une bonne hygiène menstruelle afin d’éviter de contracter un syndrome du choc toxique :

  1. Respectez les recommandations d’utilisation des tampons et des cups : entre 4 et 6h maximum.

  2. Lavez vous toujours bien les mains avant de mettre ou de retirer vos protections périodiques.

  3. Stérilisez vos cups menstruelles, si vous en utilisez.

    <